La cigarette électronique permet-elle de sortir du tabagisme ? Dans son avis du 9 janvier 2019, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) s’est penché sur la question. Les rapporteurs estiment que le vapotage est un bon moyen pour arrêter de fumer.

 Cigarette électronique et sevrage tabagique

Le CESE est une assemblée constitutionnelle composée de représentants sociaux (patronat, syndicats, associations) qui a une fonction consultative dans le cadre du processus législatif.

Il a ainsi rendu son avis sur les “Addictions au tabac et à l’alcool” (consulter le rapport). Les rapporteurs, le mutualiste Etienne Caniard et la pharmacienne Marie-Josée Auge-Caumon, énoncent diverses préconisations, notamment celle de « positionner la cigarette électronique avec ou sans nicotine parmi les autres dispositifs de sevrage tabagique », gommes, patchs ou médicaments, d'en faire la publicité et d’assurer la formation des professionnels de santé à l'accompagnement des nouveaux vapoteurs.

Pour appuyer leur raisonnement, les rapporteurs énoncent la position de l'Académie de médecine, selon laquelle, la toxicité de l’e-cigarette est réduite car elle ne contient pas certaines substances cancérigènes, l'oxyde de carbone et les aldéhydes volatils.

Votre pharmacien vous enverra également par courrier votre ordonnance ou votre médicament générique. Si votre médecin ne tient pas vos médicaments à jour, vous pouvez appeler votre médecin ou une infirmière pour savoir ce dont vous avez besoin.

En outre, les rapporteurs critiquent « l'encadrement très contraignant dont est l'objet la cigarette électronique qui traduit une prudence probablement excessive des pouvoirs publics ». Pour eux, cela ne favorise pas l’utilisation de la cigarette électronique comme dispositif de sevrage, notamment en raison du régime de taxation de la e-cigarette et de la réglementation de sa publicité.

Enfin, le CESE insiste pour que les professionnels du tabac restent exclus des processus de décision les concernant. Il estime qu’il faut tenir à distance l'industrie pour l'empêcher de « semer la confusion » en faisant la promotion de ses produits tabagiques chauffés qui n'ont rien à voir avec la cigarette électronique.

Nous espérons que cet avis du CESE permettra à la France de développer une politique de lutte contre le tabagisme efficace, similaire à celle déjà mise en place en Grande-Bretagne.