Vapoter, c’est d’abord une expérience gustative. Bien entendu, la base du e liquide (une association de PG/VG pour la majorité des fabricants) et le dosage de nicotine jouent un rôle important dans cette expérience. Mais ce qui ce qui marque l’esprit, ce qui caractérise vraiment un e liquide, ce sont les arômes qu’il contient. Trouver une saveur agréable est d’ailleurs la condition sine qua non pour se passer définitivement de la cigarette classique. Mais quid de l’impact des arômes sur la santé ?

Danger des arômes pour e-liquides

Beaucoup de marques de e liquides mettent en avant la « qualité alimentaire » de leurs arômes comme si cela était suffisant pour en faire un gage de sécurité. Pour autant, un e liquide n’a pas vocation à être « mangé », il est vaporisé par la e cigarette pour être inhalé.

Ce n’est pas notre appareil digestif qui est concerné mais bien notre système respiratoire !

En toute logique, par mesure de sécurité et dans le respect de la santé, un fabricant devrait passer au crible chaque arôme qu’il intègre dans ses formules, en vérifiant au préalable la toxicité par inhalation.

C’est malheureusement loin d’être le cas et depuis plusieurs années, des fabricants « cuisiniers » (parfois des mastodontes de la vape) se livrent une véritable guerre des saveurs au détriment de la santé des vapoteurs.

La fantaisie l’emporte sur la raison et vous trouverez sur le marché des e liquides « vieillis en fût de chêne », des arômes plus délirants les uns que les autres …

Par exemple, les e liquides de type « custard » (au goût crémeux, beurré et ou sucré) sont à la mode mais ils cachent bien souvent des ingrédients extrêmement nocifs pour les voies respiratoires.

Parmi ces ingrédients douteux, deux en particulier devraient être proscrits de la composition des arômes utilisés dans les e liquides : le diacétyle et l’acétyle propionyle.

Pourquoi ? Tout simplement parce que l'exposition par inhalation à ces substances entraîne de graves conséquences pour la santé : diminution de la fonction respiratoire et possibilité de développer un syndrome clinique appelé « bronchiolite oblitérante », une maladie pulmonaire irréversible et potentiellement mortelle.

En 2014, le Dr Farsalinos (chercheur réputé pour ses publications sur la cigarette électronique), a mené une étude en 2014 dont les résultats font froid dans le dos : sur les 159 échantillons achetés dans 6 pays différents (U.E et USA) auprès de 36 fabricants et distributeurs, 74% des e liquides testés contenaient du diacétyle ou de l’acétyle propionyle.

Naturacig est particulièrement vigilant aux ingrédients de ses e liquides : les arômes que nous utilisons sont tous contrôlés et certains sont spécialement reformulés pour ne pas poser problème à l’inhalation. Les ingrédients de type diacétyle ou acétyle propionyle sont donc bannis de nos formules.

Le respect de votre santé est notre priorité.

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Nouveau commentaire