À moins de vivre coupé du monde depuis plusieurs mois, sans connexion internet, vous avez sans doute entendu parler de l’épidémie ayant touché des milliers de vapoteurs américains. La majorité des médias a participé à une véritable campagne de désinformation vis-à-vis de la cigarette électronique, il nous semble donc nécessaire de faire le point sur ce sujet.

Vapotage et épidémie mortelle aux Etats-Unis

Apparition d’une mystérieuse maladie pulmonaire

L’histoire démarre en juillet lorsque des organismes de santé américains alertent la population après l’hospitalisation de plusieurs personnes, en déclarant enquêter sur des cas de maladies pulmonaires graves. Leur point commun ? Ces personnes sont toutes jeunes et adeptes de la cigarette électronique.

Rapidement, le centre américain de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention ou CDC), précise que bien que certains cas soient similaires et semblent être liés à l’utilisation de produits du vapotage, plus d’informations sont nécessaires pour déterminer ce qui cause les maladies.

On apprend plus tard que les victimes de l’épidémie sont majoritairement jeunes et ont pour habitude de consommer des produits à base de THC.

En effet, dès le mois de septembre, la FDA (Food and Drug Administration) affirme avoir retrouvé le même produit chimique dans des échantillons d’e-liquides utilisés par des personnes malades. Le produit concerné est une huile dérivée de la vitamine E, connue sous le nom d’acétate de vitamine E. Il s’agit d’un additif utilisé dans la production de certains e-liquides au THC (des produits à base de cannabis), en tant qu’agent épaississant.

Bien que l’acétate de vitamine E soit un produit que l’on peut consommer sans risque en l’ingérant, ou lors d’une application cutanée, il ne faut surtout pas vapoter des e-liquides qui en contiennent.

 

Raccourci médiatique : la cigarette électronique est mortelle

Il n’a pas fallu longtemps pour que la presse profite de la situation anxiogène et publie des articles aux titres racoleurs.

Ainsi Maxi Sciences titre en septembre : « Les effets nocifs de la cigarette électronique inquiètent les autorités américaines » , CNEWS va dans le même sens : « Un ado dans le coma après une utilisation excessive de sa cigarette électronique », quant au journal Le Monde, il ne fait pas mieux : « Aux Etats-Unis, cinq morts liées à la cigarette électronique ».

Certains journalistes surfant sur la peur n’hésitent donc pas à cibler la cigarette électronique de manière générale. Durant plusieurs mois, les produits classiques de la vape (à base de nicotine) sont présentés comme étant bien plus dangereux que la cigarette traditionnelle.

 

Emballement des pouvoirs publics américains

Le 11 septembre, l’administration Trump fait part de sa volonté d’éliminer le marché des e-cigarettes aromatisées afin « d’inverser l’épidémie très préoccupante de l’utilisation des e-cigarettes par les jeunes qui affecte les enfants, les familles, les écoles ». Avec cette communication, les autorités américaines tirent à boulets rouges sur l’ensemble des liquides pour cigarette électronique, sans distinction, donnant à penser qu’ils sont tous dangereux.

Quelques jours plus tard, le gouverneur de l’Etat de New York, interdit la vente des produits du vapotage aromatisés sur son territoire. D’après lui, il est évident que les e-liquides sucrés ciblent les jeunes. Encore une fois, un homme politique américain utilise l’épidémie survenue dans le pays pour mener une politique anti-vape.

Fin septembre, le gouverneur de l’Etat du Massachusetts fait passer l’Etat en urgence sanitaire et interdit pour une durée de 4 mois, tous les produits du vapotage.

 

Conclusion des autorités de santé : l’acétate de vitamine E présent dans des produits à base de THC est responsable des maladies pulmonaires

Le 8 novembre, le CDC annonce qu’il a décelé la présence d’acétate de vitamine E dans des échantillons de fluide de patients présentant des lésions pulmonaires. C’est la première fois que l’organisme détecte ce qu’il estime être un « produit chimique potentiellement préoccupant ».

Les experts de santé rappellent que nos poumons ne sont pas destinés à manipuler autre chose que des gaz, contrairement au système digestif. L’arrivée d’huile dans les poumons entraîne de graves problèmes respiratoires.

Nous avons ainsi la confirmation que l’acétate de vitamine E (utilisée dans des produits au cannabis) est bien à l’origine de l’épidémie survenue aux USA.

Cette épidémie a été l’occasion rêvée pour certains lobbies de dégrader l’image déjà malmenée de la e-cigarette, en tant qu’alternative sérieuse au tabac. Un peu plus de subtilité et davantage de précautions de la part des médias auraient été les bienvenues.

Comme le dit si bien l’expression : " Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. "

Nous espérons que les journalistes prendront le temps de rétablir la vérité en expliquant que les e-liquides classiques à base de nicotine ne sont pas en cause.

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Nouveau commentaire