Est-il interdit d’utiliser sa cigarette électronique en conduisant ? Bien que le vapotage au volant ne soit pas clairement interdit, les vapoteurs ne sont pas à l’abri d’une verbalisation. Faisons le point sur la réglementation en vigueur et son application par les forces de l’ordre.

 

Vapoter en voiture

 

La réglementation

Le Code de la route énonce que le “conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision (…) ne doivent pas être réduits par les objets transportés ». Un texte suffisamment large pour être appliqué à divers cas de figure. Curieusement, cela ne concerne pas le fait de fumer. En effet, le site service-public.fr affirme qu’il est permis de fumer dès lors qu’aucun mineur n’est présent dans le véhicule. Mais pour le moment, l’administration n’a pas étendu cette autorisation au vapotage.

 

L’appréciation des forces de l’ordre

En l’absence d’autorisation explicite de la cigarette électronique en voiture, les policiers et gendarmes sont libres d’apprécier la situation qui se présente à eux. Ils pourront, sur la base des textes cités plus haut, verbaliser un comportement jugé dangereux. Si vous êtes confronté à cette situation désagréable, vous tenterez sans doute de plaider votre cause en affirmant vapoter uniquement des e liquides bio, mais il n’est sûr qu’ils apprécient le trait d’humour…

Vapoter en voiture expose potentiellement à une amende forfaitaire de 2ème classe, soit 35 euros.

Pour aller plus loin, consultez notre article sur l’interdiction de vapoter dans certains lieux publics.